Comment démarrer son traitement par PPC ?

02.02.2024

Auteur du texte: L'équipe SleepDoctor

Vous souffrez de SAHOS ? Voici toutes les étapes pour initier un traitement par PPC.

Vous venez de recevoir un diagnostic d’apnée du sommeil ou syndrome d’apnées hypopnées obstructives du sommeil (SAHOS). Votre médecin du sommeil vient de vous prescrire un traitement par Pression positive continue (PPC) ? C’est une très bonne nouvelle. En effet, c’est une chance de pouvoir bénéficier de ce traitement efficace.

Les bénéfices du traitement par PPC

Le SAHOS, qui se manifeste par des interruptions de la respiration lors du sommeil, est un trouble aux conséquences sévères (somnolence, baisse de vigilance à court terme et comorbidités à long terme).
Heureusement, on sait dorénavant très bien soulager l’apnée du sommeil. Des traitements efficaces permettent aux patients de retrouver des nuits réparatrices. Surtout, ces traitements permettent de prévenir les conséquences à long-terme de l’apnée sur la santé. En fonction de la sévérité du SAHOS, celui-ci peut être traité par PPC ou par le port d’une orthèse d'avancée mandibulaire. Cela signifie qu’avant de vous prescrire un traitement par PPC, votre médecin a réfléchi à l’alternative d’une prescription d’orthèse d’avancée mandibulaire.

Bon à savoir : L'index apnées/hypopnées par heure de sommeil (IAH) permet de mesurer la sévérité du SAHOS.
  • 0 à 5 : absence de SAHOS,
  • 5 à 15 : SAHOS léger,
  • 15 à 30 : SAHOS modéré,
  • Au-dessus de 30 : SAHOS sévère.

La PPC, c’est quoi au juste ?

Le traitement par PPC évoqué par votre médecin consiste à porter la nuit un masque sur votre nez et/ou votre bouche, fournissant un débit continu d'air pressurisé pour maintenir vos voies respiratoires ouvertes pendant votre sommeil. La ventilation par PPC est efficace contre l’ensemble des conséquences délétères du SAHOS. L’indice d’apnées-hypopnées est diminué. À court terme, le score de somnolence diurne d’Epworth et le risque d’accident de la route sont abaissés. À long terme, il permet d’abaisser les risques liés aux comorbidités du SAHOS (syndrome métabolique, diabète 2, maladies cardio-vasculaires…).

Le médecin initie le traitement

Seul un médecin ayant une formation spécifique aux pathologies du sommeil peut initier une prescription de PPC. En revanche, son renouvellement peut être fait par votre médecin généraliste, à condition que vous lui communiquiez les données d’observance des 12 dernières périodes de 28 jours et que le masque est porté pendant une durée suffisante. Ce temps doit être au minimum de 112 heures par 28 jours soit une moyenne de 4 heures par jour.

Le professionnel de santé arbitre entre plusieurs appareils

En pratique, le médecin doit arbitrer entre plusieurs types d’appareils. En première intention, il prescrira un appareil de ventilation par PPC à pression fixe. Cet appareil est conçu pour assurer un flux d’air constant à une pression prescrite par votre médecin [1]. Dans certains cas, le médecin peut prescrire un appareil autopiloté qui ajuste automatiquement le niveau de pression du flux d’air délivré pendant la nuit selon votre respiration. Pour certains patients, il préférera opter pour un appareil à deux niveaux de pression.
Si vous voyagez beaucoup, pensez à évoquer avec votre médecin la possibilité d’opter pour un appareil portable : un appareil de ventilation par PPC de voyage. L’appareil sélectionné pourra être utilisé avec ou sans humidificateur, lequel peut être intégré dans l’appareil ou consister en un module complémentaire branché sur l’appareil principal.
Vous souffrez peut-être d’apnée du sommeil
Test gratuit (3 minutes environ) et consultation remboursée

Le prestataire, un partenaire stratégique

Le prestataire de soin à domicile (PSAD) maîtrise toutes les subtilités des gammes de chaque marque d’appareil PPC. Il est donc en mesure de fournir un matériel adapté au patient, en fonction des orientations du praticien.
Il est parfois nécessaire de faire plusieurs essais de différents modèles de masques pour trouver celui qui est le mieux adapté aux besoins de ce dernier. Ainsi, si le choix du masque bucco-nasal ou facial, nasal ou narinaire est initié par le prescripteur, le patient peut avoir besoin de faire plusieurs essais de différents modèles de masques pour trouver celui qui est le mieux adapté à ses besoins. Dans cette recherche, le PSAD sera un allié précieux.

À retenir :

Le traitement de l’apnée du sommeil par PPC est efficace. Il réduit les risques associés à cette pathologie.
Le médecin choisit le type d’appareil et de masque, adapté au patient.
Le prestataire de soin à domicile choisit le matériel en fonction des directives du médecin et le fournit au patient.
Sources
[1] Beaumont L. et Rodenstein D., PPC fixe ou autopilotée : la question est-elle encore d’actualité ? revue des Maladies Respiratoires, 2014, Vol. 6, 2, p.205-207
Vous avez aimé cet article ?
N’hésitez pas à le partager !
NEWSLETTER
Inscrivez-vous pour recevoir notre newsletter
Inscrivez-vous à notre newsletter et dormez bien
Recevez une fois par semaine des articles utiles sur le sommeil revus par des médecins
Dr Thierry CASTERA, rédacteur médical