Comment bien choisir son masque contre l’apnée du sommeil ?

01.08.2023
Auteur du texte
L'équipe SleepDoctor
Révisé par le Docteur
Article vérifié
Notre équipe éditoriale, ainsi que nos experts médicaux étudient chaque article avec soin, pour s’assurer de la précision des informations et de la fiabilité des sources
Contenu à jour
Nous vérifions que le contenu de nos articles est en phase avec la littérature scientifique ainsi qu’avec les dernières recommandations des experts
Pour lutter efficacement contre l’apnée du sommeil, il faut être bien équipé. Le choix du masque est fondamental dans le traitement du SAHOS. Un masque bien adapté et confortable est porté plus souvent et plus longtemps. C’est un paramètre essentiel pour l’efficacité du traitement.

Le syndrome d’apnées-hypopnées obstructives du sommeil (SAHOS) se traduit par des pauses respiratoires pendant le sommeil. Celles-ci génèrent des micro-éveils dont le dormeur n’est pas nécessairement conscient. En outre, dans l’apnée du sommeil, la quantité d’oxygène transportée dans le sang du patient diminue (hypoxémie). Ces deux phénomènes ont une conséquence sur la santé et la qualité de vie du patient.

Accours terme, il peut éprouver :
  • une somnolence diurne avec baisse de vigilance,
  • des difficultés à conduire (augmentation du risque d’accident de la route et d’accident du travail),
  • des problèmes de mémoire,
  • une diminution de sa concentration,
  • des troubles de l’humeur.
À plus long terme, un SAHOS augmente la mortalité toutes causes et plus particulièrement celle de cause cardiovasculaire [1].

L’importance du traitement par PPC

Les patients souffrant doivent donc impérativement être traités. Le choix de ce traitement se définit en fonction des symptômes et de la sévérité du syndrome, qui est mesuré par l’indice d’apnées-hypopnées (IAH). La HAS recommande de traiter les patients dont le SAHOS est modéré ou sévère, c’est-à-dire avec un IAH qui dépasse 15 et qui présente au moins trois des
  • symptômes suivants :
  • somnolence diurne,
  • ronflements sévères et quotidiens,
  • sensation d’étouffement ou de suffocation pendant le sommeil,
  • fatigue diurne,
  • nycturie,
  • céphalées matinales.

Le choix du traitement dépend de la sévérité des symptômes du patient. Le traitement de référence pour l’apnée du sommeil est la ventilation nasale par pression positive continue (PPC). Il s’agit d’un dispositif de ventilation nasale qui permet aux voies aériennes de rester dégagées pendant le sommeil. La mise à disposition de ce dispositif est réalisée par un prestataire de service au domicile du patient.

Le traitement par PPC est recommandé par la Haute Autorité de Santé en première intention contre l’apnée du sommeil :
  • lorsque l’IAH est supérieur à 30 par heure,
  • lorsque l’IAH est comprise entre 15 et 30 par heure, avec un sommeil de mauvaise qualité caractérisé par plus de dix micro éveils par heure de sommeil, ou une maladie cardio-vasculaire grave associée(hypertension artérielle résistante, fibrillation auriculaire récidivante, insuffisance ventriculaire gauche sévère ou maladie coronaire mal contrôlée, antécédent d’accident vasculaire cérébral).

À savoir :
II existe un traitement alternatif contre l’apnée du sommeil : l’orthèse d’avancée mandibulaire (OAM). Ce dispositif peut être prescrit en cas d’intolérance au traitement par PPC. Il peut également l’être en première intention en cas d’apnée du sommeil modérée (c’est-à-dire lorsque l’IAH est compris entre 15 et 30) et en l’absence de maladie cardiovasculaire grave associée. Dans ce cas, l’OAM est en effet plus efficiente que le dispositif de PPC [2].
Vous souffrez peut-être d’apnée du sommeil
Test gratuit (3 minutes environ) et consultation remboursée

Choisir un masque adapté et confortable

La ventilation par PPC est efficace contre l’ensemble des conséquences délétères du SAHOS. L’indice d’apnées-hypopnées est diminué. À court terme, le score de somnolence diurne d’Epworth et le risque d’accident de la route sont abaissés. À long terme, il permet d’abaisser les risques liés aux comorbidités du SAHOS (syndrome métabolique, diabète 2, maladies cardio-vasculaires…)

Mais son efficacité n’est démontrée que lorsque le masque est utilisé régulièrement et pendant plusieurs heures par nuit. Il est essentiel pour le patient de choisir un masque bien adapté et confortable. En effet, ce facteur facilite l’observance du traitement et donc son efficacité du traitement. La personne souffrant d’apnée doit en effet porter ce masque au minimum 4 heures par nuit.

Différents types de pression

La personne souffrant de SAHOS à le choix entre plusieurs types d’appareils de PPC.

- Il peut opter, comme la très grande majorité des utilisateurs, pour un dispositif de PPC à pression fixe ou encore à mode constant, un appareil qui délivre la même pression fixe tout au long de la nuit conformément aux réglages du prescripteur.

- Il peut préférer un appareil de PPC à pression variable autopilotée, ce qui signifie que l’appareil adapte automatiquement sa pression aux différentes anomalies de la respiration du patient pendant son sommeil.

- Plus rarement, il peut choisir un appareil de PPC à double niveau de pression qui offre un niveau de pression plus élevé en phase d’inspiration et plus faible en phase d’expiration afin d’augmenter le confort du patient.

Choisir le bon design pour son masque

Le patient a le choix entre plusieurs formes de masque.
Il doit arbitrer entre :
- Un masque facial qui diffuse l’air vers le nez et la bouche,
- Un masque nasal qui diffuse l’air vers le nez et ne couvre pas la bouche,
- Un masque narinaire qui oriente l’air directement dans les narines grâce à deux inserts souples et qui ne couvre pas votre bouche.

Son choix dépend du confort que lui procurera ce masque en fonction de ces habitudes de sommeil. Ainsi, le masque nasal recouvre le nez avec l’arête nasale, la face interne des pommettes et la lèvre supérieure comme points d’appuis. Il ne constitue donc pas une bonne option pour une personne qui respire par la bouche la nuit.
Plus volumineux et plus couvrant, le masque facial continue à fonctionner, y compris lorsque le patient souffre de congestion nasale en raison d’un rhume ou d’une allergie par exemple.

En revanche, au-delà de sa grande efficacité, ce type de masque peut générer une certaine claustrophobie chez certaines personnes. Ces derniers opteront sans doute plus volontiers pour le minimalisme d’un masque narinaire qui laisse le nez et la bouche complètement découverts.

Bon à savoir : Il existe désormais une autre alternative au masque nasal : le masque subnasal, un masque peu volumineux et qui n’entrave pas la vision. Une bonne solution pour ceux qui aiment lire dans leur lit ou regarder la télévision juste avant de s’endormir ou qui souhaitent un masque avec le moins de points de contact possibles sur leur visage pour éviter tout risque d’irritation.

Les dispositifs de PPC nomade pour les globetrotters

La bonne solution pour concilier votre traitement avec vos déplacements ? La PPC nomade. Appréciés pour leur petite taille et leur légèreté, les appareils de PPC de voyage s’utilisent avec un alimentation secteur comme un appareil de PPC classique mais également avec une batterie rechargeable. Bref, une excellente solution pour les grands voyageurs.
Sources
Vous avez aimé cet article ?
N’hésitez pas à le partager !
Inscrivez-vous à notre newsletter et dormez bien
Recevez une fois par semaine des articles utiles sur le sommeil revus par des médecins
Dr Thierry CASTERA, rédacteur médical