Comment utiliser son traitement par PPC quand on est malade ?

19.09.2023

Auteur du texte: L'équipe SleepDoctor

Rhume et masque contre l’apnée du sommeil peuvent faire bon ménage à condition de respecter quelques règles simples d’utilisation. Voici nos conseils pour un traitement de l’apnée du sommeil efficace sur le long terme.

La PPC : Pilier du traitement de l'apnée du sommeil

Le traitement de référence pour l’apnée du sommeil est la ventilation nasale par pression positive continue (PPC), qui consiste à porter pendant la nuit un masque positionné sur le nez et/ou la bouche. Ce masque fournit un débit continu d'air pressurisé pour maintenir les voies respiratoires ouvertes durant le sommeil du dormeur.

En France, environ un million de personnes sont traitées par PPC, 70% d’hommes et 30% de femmes, d’après les chiffres de la Fédération française des Associations et amicales de malades insuffisants ou handicapés respiratoires (FFAAIR). Avec un tel nombre de personnes dépendant de ce traitement, il est crucial de comprendre comment le gérer efficacement en période hivernale, une saison souvent marquée par des rhumes et autres maladies respiratoires

Enrhumé ? Continuer à porter son masque

Pour que ce traitement par PPC soit efficace, la régularité est essentielle. Le masque doit être porté tous les jours et au moins 4 heures par nuit.
Cette règle simple est pourtant moins facile à suivre en hiver, lorsque l'on alterne entre rhinopharyngite, sinusite ou grippe, que l'on tousse et que notre nez coule ou est complètement bouché. Ces infections sont très courantes. On estime en effet qu’en moyenne un adulte contracte chaque année quatre épisodes infectieux des voies aériennes [1]. Il est toutefois essentiel de poursuivre votre traitement même lorsque vous êtes malade.

Infection hivernale : avantage au masque facial ?

Lorsqu’on est enrhumé, il est plus difficile de respirer par le nez. On souffre en effet de congestion nasale (le fameux nez bouché) lié à une inflammation de la muqueuse nasale. Les canaux d’évacuation du mucus sont rétrécis sous l’effet de la congestion et l’écoulement ne se fait pas correctement. Le dormeur a alors tendance à respirer par la bouche. Pour un traitement par PPC avec masque facial, aucune difficulté dans ce cas. Ce masque volumineux mais particulièrement efficace permet au dormeur de respirer par la bouche. Il peut donc continuer à être utilisé sans aucun souci lorsque le patient souffre de congestion nasale. Il est d’ailleurs indiqué aux patients qui souffrent de rhinite allergique chronique précisément pour cette raison.

Masque facial

Vous souffrez peut-être d’apnée du sommeil
Test gratuit (3 minutes environ) et consultation remboursée

Masque nasal : miser sur l’humidificateur avec circuit chauffant intégré

En cas de traitement par masque nasal ou narinaire, le premier bon réflexe est de nettoyer et décongestionner votre nez avec du sérum physiologique.
Le second geste utile est d’utiliser et de bien régler l’humidificateur qui est intégré à votre masque. Les humidificateurs dotés d’un circuit chauffant seront particulièrement bénéfiques pour le dormeur enrhumé, car l'air chaud et humide produit un effet décongestionnant.
Masque nasal

Pour Résumer

  • Le masque PPC doit être utilisé chaque nuit pendant une durée d’au moins 4 heures.
  • En cas de rhume, il est important de continuer à porter son masque.
  • Le masque facial est particulièrement adapté aux personnes ayant le nez bouché.
Les porteurs de masque nasal ou narinaire bénéficieront de l'utilisation d'un humidificateur avec circuit chauffant, car l'air chaud et humide a un effet décongestionnant.
Sources
[1] Garibaldi RA, Epidemiology of community-acquired respiratory tract infections in adults. Incidence,
etiology, and impact, American Journal of Medicine, 1985, n° 78, p. 32-37 https://www.amjmed.com/article/0002-9343(85)90361-4/pdf
Vous avez aimé cet article ?
N’hésitez pas à le partager !
Inscrivez-vous à notre newsletter et dormez bien
Recevez une fois par semaine des articles utiles sur le sommeil revus par des médecins
Dr Thierry CASTERA, rédacteur médical