Bagues anti-ronflement : tout ce qu'il faut savoir

22.06.2023
Auteur du texte
L'équipe SleepDoctor
Révisé par le Docteur
Article vérifié
Notre équipe éditoriale, ainsi que nos experts médicaux étudient chaque article avec soin, pour s’assurer de la précision des informations et de la fiabilité des sources
Contenu à jour
Nous vérifions que le contenu de nos articles est en phase avec la littérature scientifique ainsi qu’avec les dernières recommandations des experts
Pour lutter contre les émissions de décibels qui empoisonnent nos nuits et celles de nos
partenaires de lit, les bagues anti ronflements parient sur les bienfaits de l’acupression une méthode de thérapeutique chinoise ancestrale.

Je ronfle, tu ronfles, il ronfle… Que nous soyons concernés, que ce soit notre conjoint, ou notre meilleure amie, nous connaissons tous de près un ronfleur ou une ronfleuse. C’est sans doute le trouble du sommeil le plus courant : il concerne en effet 40 % des adultes de plus de 50 ans [1].

Comprendre le mécanisme des ronflements

Les ronflements ne sont pas si anodins que cela. Cette pathologie porte le nom scientifique de ronchopathie et appartient officiellement à la catégorie des troubles respiratoires du sommeil, comme l’apnée du sommeil ou syndrome d’apnées-hypopnées obstructives du sommeil (SAHOS) qui se caractérise par des arrêts de la respiration pendant le sommeil.

Les ronflements sont causés par les vibrations des tissus mous du pharynx. Les muscles de l’arrière-gorge, du voile du palais, de la luette et de la langue se détendent pendant la phase de sommeil profond. Ils prennent alors plus de place jusqu’à obstruer les voies aériennes supérieures. À l’inspiration, l’air a plus de difficultés à passer dans les voies respiratoires. Ce phénomène fait vibrer le pharynx et provoque l’apparition des ronflements.

Une médecine millénaire au secours du ronfleur : l'acupression

Les ronflements ont un vrai retentissement sur la vie quotidienne du ronfleur. En plus d’empoisonner la vie de son partenaire de lit (un ronflement très fort peut atteindre 100 dB c’est-à-dire le niveau sonore de l’utilisation d’un marteau-piqueur [2]), les ronflements constituent un stress auditif pour le ronfleur lui-même et qui perturbe son cycle de sommeil même si celui-ci ne se réveille pas. C’est donc un facteur de fatigue diurne mais aussi d’augmentation de la tension artérielle [3], [4], avec à la clé un risque cardio-vasculaire.

Mais alors … Que faire ? Et si la réponse résidait dans une médecine millénaire venue d’Orient ? L’acupuncture ou plus exactement une des branches de cette médecine traditionnelle chinoise : l’acupression. Cette méthode thérapeutique utilisée depuis plus de 5.000 ans, également appelée acupuncture sans aiguille, consiste à stimuler des points de pression spécifiques pour faire circuler l’énergie (le Chi) le long des méridiens. En harmonisant la circulation de cette énergie vitale, l’acupression corrige les déséquilibres du corps et réharmonise son fonctionnement.

Comment fonctionnent les bagues anti-ronflement ?

En Occident, cette discipline millénaire est déclinée sous la forme de bague anti-ronflement à porter à l’auriculaire. En pratique, il s’agit d’un anneau qui agit sur un ou deux points de pression liées aux voies aériennes supérieures destinés à :
- stimuler les muscles du larynx,
- libérer les voies respiratoires (nez, gorge, sinus).

Selon les modèles, ces bagues appuient notamment sur les points Qiangu (SI 2) sur le bord extérieur de l’auriculaire et/ou Shao Chong (HT 9) sur le bord intérieur de l’auriculaire. Ces anneaux doivent se porter toute la nuit avec la promesse de sommeil plus silencieux et réparateur.
Vous souffrez peut-être d’apnée du sommeil
Test gratuit (3 minutes environ) et consultation remboursée

Quel avis faut-il avoir sur les bagues anti-ronflement ?

Ces bagues sont fondées sur une méthode certes naturelle et reconnue. Mais l’acupression a davantage fait ses preuves en cas de sinusite chronique, voire d’allergies susceptibles de générer des ronflements, que pour des causes strictement mécaniques comme le manque de tonus musculaire de la langue, ou une mauvaise position de la langue qui vient obstruer les voies respiratoires.

En outre, si ces ronflements masquent une apnée du sommeil, la bague ne règle pas le problème de fond. En effet, les personnes qui ronflent sont plus à risque de développer une apnée du sommeil. La prévalence du SAHOS est d’ailleurs corrélée à l’intensité et à la fréquence de ces ronflements [5]. Or, si les arrêts de la respiration pendant le sommeil qui caractérisent le SAHOS ne durent que quelques secondes, ils entraînent une baisse d’oxygénation du sang (désaturation en oxygène sanguin). Le dormeur reprend son souffle lors de micro-éveils qui perturbent l’architecture du sommeil et empêchent le sommeil d’être réparateur. À la clé des troubles métaboliques et cardio-vasculaires.
Sources

[1] www.ameli.fr
[2] 60 millions de consommateurs, Hors Série Bien dormir, novembre 1018
[3] Sowho M., et al., Snoring: a source of noise pollution and sleep apnea predictor, Journal List Sleep, juin 2020, n°43(6)
[4] Münzel T, et al. Environmental noise and the cardiovascular system. J Am Coll Cardiol. 2018, 71(6), p. 688–697
[5] Sowho M., et al., Snoring: a source of noise pollution and sleep apnea predictor, Journal List Sleep, juin 2020, n°43(6)
Vous avez aimé cet article ?
N’hésitez pas à le partager !
Inscrivez-vous à notre newsletter et dormez bien
Recevez une fois par semaine des articles utiles sur le sommeil revus par des médecins
Dr Thierry CASTERA, rédacteur médical