Respiration de Cheyne-Stokes

Article mis a jour le 22.05.2024

Auteur du texte
L'équipe SleepDoctor
Article vérifié
Notre équipe éditoriale, ainsi que nos experts médicaux étudient chaque article avec soin, pour s’assurer de la précision des informations et de la fiabilité des sources
Contenu à jour
Nous vérifions que le contenu de nos articles est en phase avec la littérature scientifique ainsi qu’avec les dernières recommandations des experts
A titre d'information uniquement.
Consultez votre médecin ou prenez RDV gratuite avec notre équipe médicale.
La respiration de Cheyne-Stokes est un schéma respiratoire anormal peu courant qui peut se produire pendant le sommeil, mais aussi parfois pendant l'éveil. Ce schéma implique un cycle de respiration rapide et superficielle, suivi de respirations lentes et plus profondes, avec des moments d'absence de respiration, appelés apnées. D'autre part, certaines personnes ont une respiration très superficielle, appelée hypopnée.

Dans cet article, nous allons parler des causes et des symptômes de la respiration de Cheyne-Stokes, ainsi que des traitements les plus courants pour ce type de respiration anormale.

Les différentes causes à l’origine de la respiration de Cheyne-Stokes

La respiration de Cheyne-Stokes est principalement déclenchée par des pathologies telles que l'insuffisance cardiaque et les accidents vasculaires cérébraux. Un fait remarquable est qu’entre 25 et 50 % des personnes qui souffrent d'insuffisance cardiaque présentent ce type de respiration anormal, ce qui en fait un sujet de préoccupation notable dans ce groupe. En comparaison, il est moins fréquent chez les survivants d'un accident vasculaire cérébral, bien que le risque augmente avec des facteurs significatifs tels que l'atteinte d'une artère principale ou la cardioembolie [1].

Outre l'insuffisance cardiaque et l'accident vasculaire cérébral, plusieurs autres conditions peuvent entraîner des respirations de Cheyne-Stokes, notamment :

  • L'acclimatation à de hautes altitudes [2]
  • Les lésions cérébrales ou les tumeurs cérébrales [3]
  • Une pression intracrânienne élevée [4]
  • Un œdème pulmonaire cardiogénique aigu [5]

En outre, la respiration de Cheyne-Stokes peut être un signe clinique chez les personnes mourantes.

Les symptômes de la respiration de Cheyne-Stokes

Le principal symptôme de la respiration de Cheyne-Stokes est un schéma respiratoire unique qui augmente et diminue progressivement en intensité, communément appelé respiration crescendo-decrescendo. Ce schéma se produit généralement pendant les stades légers du sommeil (stades un et deux du sommeil non paradoxal), mais il peut également se produire lorsqu'une personne est éveillée. Les personnes qui en font l'expérience pendant leur sommeil ou sous l'influence de sédatifs ne se rendent souvent pas compte que leur respiration est irrégulière.

La respiration de Cheyne-Stokes s'aggrave généralement lorsque les personnes dorment sur le dos. Les personnes atteintes de cette affection subissent généralement au moins cinq épisodes d'apnée (pauses complètes dans la respiration) ou d'hypopnée (respiration superficielle) par nuit, bien qu'il soit possible d'en avoir beaucoup plus.

Les autres symptômes courants associés à la respiration de Cheyne-Stokes sont les suivants :

  • Sensation de fatigue inhabituelle et de somnolence au cours de la journée, ce qui peut gêner les activités quotidiennes.
  • Difficulté à respirer, ce qui peut être pénible.
  • Ronfler bruyamment, ce qui peut gêner les autres.
  • Des quintes de toux soudaines, qui peuvent être intenses et inattendues.
  • Bouger périodiquement les membres pendant le sommeil, ce qui peut perturber le sommeil et en réduire la qualité.

Quelles sont les différences entre l'apnée du sommeil et la respiration de Cheyne-Stokes ?

L'une des principales distinctions entre l'apnée du sommeil et la respiration de Cheyne-Stokes réside dans les schémas respiratoires observés chez les patients. La respiration de Cheyne-Stokes se caractérise par un schéma cyclique d'interruptions respiratoires. Dans ce schéma, une personne respire normalement pendant un certain temps, puis s'arrête de respirer pendant une période, et ce cycle se répète tout au long de la nuit. En revanche, l'apnée du sommeil se caractérise par des interruptions respiratoires plus irrégulières qui ne suivent pas un schéma prévisible.

Pour diagnostiquer ces pathologies avec précision, les médecins se concentrent sur l'analyse des schémas respiratoires au cours d'une étude du sommeil. L'observation des interruptions respiratoires — qu'elles suivent le schéma cyclique de Cheyne-Stokes ou le schéma irrégulier de l'apnée du sommeil — aide les médecins à déterminer l'affection spécifique dont souffre le patient. Cette distinction est cruciale pour choisir le traitement approprié et gérer efficacement la maladie.
Dépistage gratuit en ligne
Prenez 3 minutes pour évaluer votre risque d'apnée du sommeil
Dr Thierry CASTERA, médecin du sommeil

En quoi la respiration de Cheyne-Stokes diffère-elle des autres troubles respiratoires ?

La respiration de Cheyne-Stokes n'est qu'une des nombreuses affections qui peuvent affecter les schémas respiratoires, que ce soit pendant le sommeil ou à l'état de veille. Bien que les différentes affections respiratoires puissent sembler similaires, chacune d'entre elles a des causes uniques et des symptômes distincts. Si vous êtes préoccupé par votre propre rythme respiratoire ou celui d'un proche, il est essentiel de consulter un médecin pour obtenir un diagnostic et un traitement adéquats.

La respiration Kussmaul

Ce type de respiration se caractérise par des respirations profondes et rapides et est souvent décrit comme une "faim d'air" [6]. Contrairement à la respiration de Cheyne-Stokes, qui implique un cycle d'accélération et de ralentissement, la respiration de Kussmaul, aussi appelée dyspnée de Kussmaul, maintient un rythme constant sans phases lentes, apnées ou hypopnées. Elle se produit généralement lorsque l'individu est éveillé. La cause la plus fréquente de la respiration de Kussmaul est l'acidocétose diabétique, mais elle peut également résulter de toute affection entraînant une accumulation d'acide dans l'organisme.

L’hypoventilation et l’hyperventilation

Ces termes décrivent deux problèmes opposés : l'hypoventilation [7] se produit lorsque la respiration est trop lente ou superficielle, tandis que l'hyperventilation [8] implique une respiration trop rapide ou profonde. La respiration de Cheyne-Stokes comprend des cycles de respiration rapide et lente, ponctués de périodes d'arrêt respiratoire, ce qui rend son schéma unique. L'hypoventilation et l'hyperventilation peuvent résulter de diverses affections, qui peuvent être aiguës ou chroniques.

La respiration de Biot

Également connue sous le nom de respiration ataxique, la respiration de Biot présente certaines similitudes avec la respiration de Cheyne-Stokes, mais elle se caractérise par un rythme très irrégulier et ne présente pas la montée et la descente graduelles typiques de la respiration de Cheyne-Stokes [9]. Dans le cas de la respiration de Biot, la respiration peut être anormalement lente ou rapide, avec des apnées aléatoires. Cette forme de respiration n'est pas couramment rapportée dans la littérature médicale, probablement parce que les personnes présentant ces symptômes sont souvent intubées avant d'être observées.

Diagnostic de la respiration de Cheyne-Stokes

Pour diagnostiquer avec précision la respiration nocturne de Cheyne-Stokes, les médecins ont généralement recours à une étude du sommeil connue sous le nom de polysomnographie. Cet outil de diagnostic enregistre diverses fonctions corporelles pendant le sommeil, telles que l'activité cérébrale, les mouvements oculaires, la fréquence cardiaque et les schémas respiratoires. En examinant de près ces schémas, la polysomnographie peut aider à différencier les respirations de Cheyne-Stokes de l'apnée obstructive du sommeil, garantissant ainsi que les patients reçoivent le bon diagnostic et le traitement approprié. Cette étape est cruciale car elle oriente l'intervention médicale nécessaire pour gérer efficacement la maladie et améliorer la qualité de vie du patient.

Traitement de la respiration de Cheyne-Stokes

La respiration de Cheyne-Stokes, en particulier lorsqu'elle se produit alors qu'une personne est éveillée, peut être le signe de graves problèmes à venir. En effet, ce type de respiration irrégulière peut déclencher une dangereuse réaction en chaîne : les baisses d'oxygène dans le sang provoquées par les pauses respiratoires peuvent solliciter davantage le cœur ou perturber son rythme, entraînant ainsi des complications potentielles. Si elles ne sont pas contrôlées, les respirations de Cheyne-Stokes peuvent entraîner des changements dans les niveaux de dioxyde de carbone qui peuvent être mortels. C'est pourquoi il est essentiel de se faire soigner rapidement, à moins qu'elles ne fassent partie du processus normal de la mort.

Lorsqu'il s'agit de traiter la respiration de Cheyne-Stokes, la clé est de s'attaquer à sa cause, qui est souvent une pathologie telle qu'une insuffisance cardiaque congestive ou un accident vasculaire cérébral. Les professionnels de la santé utilisent généralement un ensemble de stratégies pour s'attaquer à la fois à la cause première et à la respiration irrégulière elle-même. L'une des méthodes efficaces recommandées par les experts est la thérapie par pression positive continue (PPC), qui consiste à utiliser de l'air sous pression pour maintenir les voies respiratoires ouvertes, ce qui contribue à rétablir des schémas respiratoires normaux. Une autre option est l'oxygénothérapie nocturne, qui assure un flux régulier d'oxygène pendant le sommeil. La recherche suggère que la thérapie PPC peut réduire les taux de mortalité chez certains patients souffrant de respirations de Cheyne-Stokes, tandis que l'oxygénothérapie peut améliorer les symptômes et la qualité de vie en général.

Principaux enseignements :

  • La respiration de Cheyne-Stokes se caractérise par un schéma respiratoire unique crescendo-decrescendo, ce qui permet de les distinguer d'autres affections respiratoires.
  • Un diagnostic précis des respirations nocturnes de Cheyne-Stokes nécessite souvent une polysomnographie, une étude du sommeil qui différencie ces respirations des symptômes similaires de l'apnée obstructive du sommeil.
  • Si vous ou une personne de votre entourage présente des schémas respiratoires inhabituels, il est essentiel de consulter un professionnel de la santé pour obtenir un diagnostic et une prise en charge appropriés des affections respiratoires potentielles.

Questions fréquentes

Qu'est-ce que l'étape respiratoire de Cheyne-Stokes ?

La respiration de Cheyne-Stokes se déroule généralement en plusieurs étapes : il y a d'abord une période de respiration superficielle, voire d'arrêts temporaires de la respiration. Cette période est suivie d'une augmentation progressive de la profondeur et de la fréquence de la respiration, jusqu'à atteindre un pic. Enfin, la respiration ralentit à nouveau jusqu'à ce qu'une nouvelle pause se produise, redémarrant ainsi le cycle.

Quelle est la différence entre la respiration de Cheyne-Stokes et la respiration périodique ?

Bien que la respiration de Cheyne-Stokes et la respiration périodique impliquent toutes deux des cycles de schémas respiratoires anormaux, il existe des différences bien distinctes. La respiration de Cheyne-Stokes suit un schéma spécifique d'augmentation et de diminution progressive de la respiration, souvent observé dans des conditions telles que l'insuffisance cardiaque. La respiration périodique, quant à elle, implique des cycles réguliers de respiration normale alternant avec de brèves pauses, couramment observés en haute altitude ou pendant le sommeil des nourrissons.

Quelle est la différence entre l'apnée centrale du sommeil et l'apnée de Cheyne-Stokes ?

L'apnée centrale du sommeil et la respiration de Cheyne-Stokes présentent des similitudes mais aussi des distinctions essentielles. L'apnée centrale du sommeil implique des pauses respiratoires pendant le sommeil en raison d'un manque d'effort pour respirer, souvent dû à des problèmes au niveau des centres de contrôle respiratoire du cerveau. La respiration de Cheyne-Stokes, bien qu'elle implique également des pauses respiratoires, suit un schéma distinct caractérisé par des respirations progressivement plus profondes et moins profondes, typiquement liées à une insuffisance cardiaque ou à d'autres conditions cardiaques.
Sources