Fatigue inexpliquée : et si le coupable était l’apnée du sommeil ?

Article mis a jour le 15.06.2023
Auteur du texte
L'équipe SleepDoctor
Révisé par le Docteur
Article vérifié
Notre équipe éditoriale, ainsi que nos experts médicaux étudient chaque article avec soin, pour s’assurer de la précision des informations et de la fiabilité des sources
Contenu à jour
Nous vérifions que le contenu de nos articles est en phase avec la littérature scientifique ainsi qu’avec les dernières recommandations des experts
Nous sommes nombreux à nous sentir fatigués et l’épidémie de la Covid-19 a indéniablement amplifié le phénomène. S’il existe plusieurs explications rationnelles à cette sensation, certaines fatigues qui créent une somnolence de jour peuvent cacher un syndrome bien précis : l’apnée du sommeil. Pour sauver vos nuits et retrouver votre énergie, lisez ce qui suit.

Les scientifiques l’appellent asthénie, le commun des mortels parle de fatigue. Celle-ci serait le mal du siècle. Près d’un Français sur cinq se dit fatigué [1]. Que se cache-t-il derrière notre sensation partagée de fatigue ? L’Académie de médecine nous renvoie à « une sensation subjective de difficulté à agir » après un travail ou un effort physique considéré comme excessif [2]. Lorsque cette fatigue perdure après le repos et que les symptômes se prolongent pendant six mois ou plus, la fatigue se fait chronique. La pandémie de la Covid-19 et les restrictions dont elle s’est accompagnée ont majoré cette sensation de fatigue généralisée [3].

Une fatigue pandémique ?

Certains spécialistes n’hésitent d’ailleurs pas à parler de fatigue épidémique pour qualifier l’effet de l’expérience collective des confinements et de ses conséquences sur la population. Ainsi, après un effort physique, 41 % des Français se sentent plus fatigués qu’avant la crise de la Covid-19. Une sensation qui affecte autant les hommes (41 %) que les femmes (40 %) et, de façon assez homogène, les différents milieux sociaux.

Last but not least, cette fatigue est aussi morale : 30 % des sondés déclarent être moins motivés qu’avant la pandémie – 40 % des 25-34 ans et 41 % pour les personnes résidant en région parisienne. Plus des deux tiers des personnes qui se sentent moins motivées qu’avant la Covid-19 se disent plus fatiguées, contre 41 % de la population en moyenne. Le contexte anxiogène (terrorisme, guerre en Ukraine et menace nucléaire, crise économique, réchauffement climatique et montée de l’éco-anxiété) jouerait un rôle notable en fragilisant psychologiquement la population [4].

La fatigue matinale cache peut être un trouble du sommeil

Cette énumération anxiogène – on vous l’accorde – va vous empêcher de dormir ce soir, au risque d’être vraiment fatigué au réveil ? Vous avez tapé dans le mille ! Le sommeil est une des clés de l’énigme. Et les troubles du sommeil l’une des causes majeures de la fatigue. Or nous sommes désormais 72 % à nous plaindre de nos nuits [5]. Couchers tardifs, diminution du nombre d’heures de sommeil : le matin, nombre d’entre nous déclarent ne pas être prêts à entamer une nouvelle journée de travail. En conséquence de cette fatigue matinale, nous sommes presque aussi nombreux à nous dire souvent fatigués dans la journée et à avoir envie de dormir. Sieste au bureau pour tous ?

En attendant une évolution de la législation en faveur du droit au sommeil dans la journée, on peut déjà prendre en main sa routine sommeil :

  • se réveiller régulièrement à la même heure le matin en évitant « les grasses matinées »,
  • se coucher plus tôt, de préférence tous les jours à la même heure,
  • pratiquer de l’activité physique régulièrement dans la semaine (2 à 3 fois par semaine),
  • éviter l’abus d’écran avant le coucher,
  • éviter les repas gastronomiques, les excitants, l'alcool.

De quoi à nouveau dormir comme un loir.
Dépistage gratuit en ligne
Prenez 3 minutes pour évaluer votre risque d'apnée du sommeil
Dr Thierry CASTERA, médecin du sommeil

Testez votre propension à la somnolence

Tout cela vous donne envie de bailler en plein milieu de journée ? Pour vous assurer que tout tourne rond, vous pouvez effectuer un petit test. L’échelle de somnolence d’Epworth est un instrument simple et fiable pour vous permettre d’évaluer votre envie de dormir pendant la journée – ce que le scientifique qualifie de « somnolence subjective ». Au théâtre, dans les transports en commun… quelles sont les possibilités que vous vous assoupissiez dans la journée ? Vos réponses à une petite série de questions calculent votre score Epworth. Si le degré de somnolence ainsi quantifié apparaît élevé, vous pouvez souffrir d’apnée du sommeil. Et c’est plutôt une bonne nouvelle car vous allez enfin pouvoir résoudre le problème !

Apnée et micro-éveils

Le syndrome d’apnées-hypopnées obstructives du sommeil (SAHOS) est une cause fréquente de troubles du sommeil et il est tout à fait possible d’en être atteint sans le savoir. Ses effets ne sont pourtant pas à négliger. En effet, ce syndrome génère une fatigue chronique, notamment une fatigue matinale caractérisée. Il est à l’origine de troubles de la concentration et provoque une somnolence diurne. Cet endormissement ne serait pas si grave s’il ne provoquait pas des accidents de la circulation et du travail.

Trouble respiratoire, le SAHOS se manifeste par de fréquentes pauses de la respiration (apnées) ou par la diminution de son débit (hypopnées) pendant la nuit. Si ces épisodes ne durent que quelques secondes, ils entraînent une baisse d’oxygénation du sang (désaturation en oxygène sanguin). Le dormeur reprend son souffle lors de micro-réveils… qui ne le réveillent pas mais qui perturbent ses cycles du sommeil en le ramenant en phase de sommeil léger, et empêchent ainsi le sommeil d’être réparateur.
Compter, les pauses respiratoires
En matière d’apnée du sommeil, les médecins ne comptent pas les moutons mais les pauses respiratoires. On considère en France que le SAHOS est caractérisé à partir de 10 pauses respiratoires par heure de sommeil. Aux États-Unis, le curseur est placé plus bas : il suffit de 5 apnées/hypopnées par heure pour qu’un SAHOS soit caractérisé.

La sévérité du symptôme se mesure en fonction du nombre d'apnées/hypopnées par heure de sommeil. On parle d’indice d'apnées/hypopnées (IAH) :
  • IAH entre 5 et 15 : apnée du sommeil légère,
  • IAH entre 16 et 30 : apnée du sommeil modérée,
  • IAH supérieure à 30 : apnée du sommeil sévère.

Les symptômes courants d'apnée du sommeil incluent :

  • Pauses respiratoires pendant le sommeil
  • Ronflement bruyant souvent ponctué de halètements ou d'étouffements
  • Maux de tête matinaux pouvant persister plusieurs heures après le réveil
  • Sommeil agité avec des périodes d'éveil pendant la nuit
  • Somnolence intense pendant la journée
  • Difficultés de concentration pendant la journée
  • Somnolence au volant d'une voiture
  • Irritabilité et sautes d'humeur
  • Baisse de la libido
  • Sécheresse de la bouche le matin
  • Besoin accru de se lever du lit pour uriner
Sauvez vos nuits et vos jours !
Vous en avez assez de dormir debout ? De vous lever tous les matins fatigué avec un mal de tête en prime ? Vous dormez bien mais vous êtes à plat ? Votre partenaire se plaint de vos ronflements ? Vérifiez sans plus tarder si vous souffrez d’un SAHOS larvé et traitez-le : vos nuits redeviendront reposantes et vos journées agréables et efficaces ! Chez Sleep Doctor, nous avons développé un parcours médical optimal pour vous aider à diagnostiquer et traiter vos troubles du sommeil. Commencez notre test de dépistage de l’apnée du sommeil en 3 minutes.

Ce qu’il faut retenir :

  • Lorsqu’une fatigue perdure malgré le repos et, ce pendant six mois, la fatigue devient chronique.
  • Les troubles du sommeil sont l’une des causes majeures de la fatigue.
  • Le syndrome d’apnée/hypopnée du sommeil provoque fatigue matinale caractérisée, difficultés de concentration et somnolence diurne.
Sources
[1] Étude Ifop/Fondation Jean-Jaurès, Une société fatiguée ? (2021)
[2] Dictionnaire de l’Académie de médecine
[3] Étude Ifop/Fondation Jean-Jaurès, Les Français, l’effort et la fatigue (2022)
[4] Étude Kappa/Buzzpress (septembre 2022)
[5] Étude Kappa/Buzzpress (septembre 2022)
Vous avez aimé cet article ?
N’hésitez pas à le partager !