Symptômes de l'apnée du sommeil chez la femme

14.05.2024

Auteur du texte
L'équipe SleepDoctor
Article vérifié
Notre équipe éditoriale, ainsi que nos experts médicaux étudient chaque article avec soin, pour s’assurer de la précision des informations et de la fiabilité des sources
Contenu à jour
Nous vérifions que le contenu de nos articles est en phase avec la littérature scientifique ainsi qu’avec les dernières recommandations des experts
A titre d'information uniquement.
Consultez votre médecin ou prenez RDV gratuite avec notre équipe médicale.
L'apnée du sommeil est une affection courante, mais souvent mal comprise, qui touche des millions de personnes dans le monde, avec des différences marquées dans la façon dont elle se manifeste chez les hommes et les femmes. Alors que le ronflement et la somnolence diurne sont des symptômes caractéristiques généralement associés aux hommes, les femmes peuvent vivre l'apnée du sommeil différemment, montrant souvent des signes tels que l'insomnie, des maux de tête matinaux et des changements d'humeur. Cet article explore les symptômes uniques, les facteurs de risque et les options de traitement de l'apnée obstructive du sommeil (SAOS) chez les femmes.

Quels sont les symptômes de l'apnée du sommeil chez les femmes ?

Les symptômes courants de l'apnée obstructive du sommeil chez les femmes et les hommes peuvent être différents. Les femmes souffrent plus souvent d'insomnie, de maux de tête matinaux et de changements d'humeur [1]. D'autres symptômes peuvent aller du ronflement et des jambes sans repos à l'augmentation des mictions nocturnes. Historiquement, la plupart des recherches sur l'apnée du sommeil se sont concentrées sur les hommes, ce qui a entraîné des lacunes dans la compréhension des effets de cette affection sur les femmes. En raison de cette disparité, il est essentiel que toute personne présentant des symptômes potentiels liés au sommeil consulte un professionnel de la santé. Cela permet de s'assurer que les symptômes sont reconnus et gérés de manière appropriée.

Réveils nocturnes et insomnie

L'apnée obstructive du sommeil peut perturber considérablement le sommeil en provoquant des réveils nocturnes fréquents. Ces interruptions sont souvent dues à des difficultés respiratoires, qui non seulement réveillent les individus, mais rendent également difficile le retour au sommeil, ce qui conduit à l'insomnie. On pense que ce type d'insomnie est lié à la réaction physique de l'organisme au stress provoqué par l'interruption de la respiration [2].

L'insomnie et l'apnée obstructive du sommeil peuvent avoir un impact significatif sur le bien-être. Cette combinaison est liée à une réduction de la qualité de vie, à une augmentation des symptômes de dépression et à un risque plus élevé de maladie cardiaque.

Maux de tête matinaux

Les maux de tête matinaux sont un symptôme courant de l'apnée obstructive du sommeil, souvent causée par une baisse des niveaux d'oxygène pendant le sommeil. Ces maux de tête ressemblent généralement à des céphalées de tension, caractérisées par une douleur constante au niveau de la tête, du cou ou du visage.

Troubles de l'humeur

Les troubles de l'humeur sont fréquents chez les personnes souffrant d'apnée obstructive du sommeil, en grande partie à cause de la perturbation du sommeil. Les personnes souffrant de SAOS ressentent souvent une anxiété et une dépression accrues [3]. En outre, elles peuvent avoir des problèmes de mémoire, être plus irritables et avoir du mal à rester concentrées et engagées tout au long de la journée.
Dépistage gratuit en ligne
Prenez 3 minutes pour évaluer votre risque d'apnée du sommeil
Dr Thierry CASTERA, médecin du sommeil

Le ronflement

Le ronflement est un symptôme clé de l'apnée du sommeil, indiquant souvent une obstruction partielle des voies respiratoires. Bien que le ronflement associé à l'apnée obstructive du sommeil soit plus fréquemment signalé chez les hommes [4], il est également important chez les femmes, en particulier pendant la grossesse ou la ménopause [5]. Les femmes qui ronflent pendant ces périodes courent un risque plus élevé de développer un SAOS. D'autres signes audibles de l'apnée du sommeil comprennent des bruits de respiration et d'étouffement pendant le sommeil.

Fatigue diurne

La fatigue diurne est une conséquence fréquente de l'apnée obstructive du sommeil. Les personnes souffrant de SAOS ont de nombreux réveils brefs pendant la nuit, ce qui perturbe la qualité de leur sommeil et entraîne une fatigue pendant la journée. Ce trouble peut également entraîner une somnolence excessive, en particulier lors d'activités répétitives telles que la participation à des réunions.

Mictions nocturnes fréquentes

Les mictions nocturnes fréquentes peuvent être un effet moins connu de l'apnée obstructive du sommeil. Lorsque le SAOS provoque des réveils nocturnes, les personnes concernées ressentent souvent le besoin d'uriner. Si une personne ignore qu'elle souffre de SAOS, elle peut croire à tort que son principal problème est de se réveiller pour uriner [6].

Syndrome des jambes sans repos

Le syndrome des jambes sans repos, bien qu'il s'agisse d'une affection distincte, coïncide souvent avec l'apnée obstructive du sommeil chez les femmes [7]. Les symptômes des jambes sans repos comprennent des sensations inconfortables dans les jambes accompagnées d'un besoin impérieux de les bouger. Les recherches indiquent que ces symptômes sont plus fréquents lors des changements hormonaux tels que la puberté, la grossesse et la ménopause.

Facteurs de risque de l'apnée du sommeil chez les femmes

Étant donné que les hormones comme l'œstrogène et la progestérone semblent offrir une certaine protection contre l'apnée obstructive du sommeil, les fluctuations au cours de la grossesse, de la ménopause ou de certaines parties du cycle menstruel peuvent accroître les symptômes de l'apnée obstructive du sommeil. Les femmes atteintes du syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) présentent également un risque plus élevé en raison des déséquilibres hormonaux.

  • La ménopause : Le risque de SAOS fait plus que doubler pendant la ménopause en raison de la chute du taux d'œstrogènes. Le traitement hormonal substitutif pourrait atténuer les symptômes, mais les résultats des recherches sont mitigés [8].

  • Grossesse : Le risque de SAOS tend à augmenter pendant la grossesse, des études montrant que jusqu'à 27 % des femmes enceintes peuvent développer la maladie [9]. Cette augmentation peut être due à des changements hormonaux et physiques et disparaît généralement après l'accouchement.

  • Cycle menstruel : Les fluctuations hormonales tout au long du cycle menstruel peuvent intensifier les symptômes de SAOS, en particulier au moment des règles et dans les jours qui suivent avec un certain soulagement après l'ovulation [10].

  • Syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) : Le SOPK se caractérise par des niveaux élevés d'hormones telles que la testostérone chez les personnes assignées au sexe féminin à la naissance. Ce déséquilibre hormonal, en particulier la réduction des œstrogènes, peut contribuer à la prévalence de SAOS chez les femmes atteintes du SOPK [11].

Par ailleurs, certains facteurs de risque du SAOS sont universels, quel que soit le sexe :

  • L'obésité : Le surpoids est l'un des facteurs de risque les plus importants du SAOS. Cela est particulièrement vrai lorsque l'excès de poids s'accompagne d'une circonférence du cou plus importante. Chez les femmes, un tour de cou de 41 cm ou plus augmente considérablement le risque de développer un SAOS. Après la ménopause, l'impact de l'obésité sur le risque de SAOS est encore plus prononcé.

  • Alcool et sédatifs : La consommation d'alcool ou de sédatifs avant le coucher peut exacerber les symptômes du SAOS. Ces substances détendent les muscles de la gorge, ce qui peut entraîner une obstruction plus importante des voies respiratoires pendant le sommeil.

  • Blocage nasal : Un nez bouché ou obstrué, que ce soit à cause d'allergies ou d'une infection virale, peut augmenter la probabilité d'un SAOS. La congestion nasale oblige à respirer par la bouche, ce qui peut aggraver l'obstruction des voies respiratoires.

  • Antécédents familiaux : Le SAOS est souvent présent dans les familles, ce qui suggère une composante génétique du risque. Les facteurs de mode de vie partagés au sein des familles contribuent également à la prévalence de cette affection.

  • Différences anatomiques : Les différences physiques dans la structure de la mâchoire ou des voies respiratoires supérieures, telles que de grosses amygdales ou une supraclusion importante, peuvent également augmenter le risque de SAOS.

Apnée du sommeil chez les femmes Vs les hommes

D'après des études comparant les femmes et les hommes, l'apnée obstructive du sommeil est généralement deux fois plus fréquente chez les hommes jusqu'à ce que les femmes atteignent la ménopause, moment où la différence entre les sexes se réduit.

Le SAOS est souvent sous-diagnostiqué ou mal diagnostiqué chez les femmes. Cela peut être dû à des outils de diagnostic qui ne sont pas neutres en termes de genre ou à la manière différente dont les femmes ressentent ou signalent leurs symptômes.
Plusieurs facteurs contribuent à ces variations dans le diagnostic et la présentation des symptômes :

Symptômes signalés : Bien que le ronflement soit le symptôme de SAOS le plus souvent signalé chez les hommes et les femmes, de nombreuses femmes ne le signalent pas, en sont gênées ou ne le remarquent pas chez leur partenaire de lit. Au contraire, les femmes signalent plus fréquemment des symptômes tels que la dépression ou l'insomnie, ce qui peut conduire à des erreurs de diagnostic.

Problèmes respiratoires : Les femmes souffrant de SAOS ont tendance à présenter une obstruction moins complète des voies respiratoires et davantage d'obstructions partielles ou de difficultés respiratoires. La recherche suggère que les interruptions respiratoires de plus de 30 secondes sont particulièrement graves chez les femmes [12].

Symptômes à tous les stades du sommeil : Les femmes sont plus susceptibles de présenter des symptômes de SAOS pendant le sommeil paradoxal, une phase souvent associée à des rêves intenses. Les pauses respiratoires durant cette phase peuvent avoir de graves répercussions sur la santé cardiaque et potentiellement influencer la glycémie.

Symptômes en fonction de la position de sommeil : Contrairement aux hommes, dont les symptômes s'aggravent souvent lorsqu'ils dorment sur le dos, les symptômes des femmes ne varient pas de manière significative en fonction de la position de sommeil. On pense que cela est dû à la capacité du corps féminin à maintenir les voies respiratoires ouvertes dans différentes positions.

Impact de l'obésité : Alors que l'obésité augmente le risque de SAOS de 50 % chez les hommes, l'augmentation du risque chez les femmes n'est que de 20 à 30 % [13]. Les hommes accumulent généralement de la graisse au niveau du cou et de la partie supérieure du corps, ce qui affecte les voies respiratoires. En revanche, les femmes ont souvent un poids plus bas dans le corps, ce qui a moins d'impact sur les voies respiratoires.

Variations anatomiques : Les différences physiques entre les sexes influencent également les symptômes du SAOS. Par exemple, on pense que le fait d'avoir une mâchoire plus longue protège contre le SAOS chez les hommes et les personnes de sexe masculin à la naissance, alors que les structures faciales typiques des femmes peuvent entraîner une obstruction partielle, plutôt que totale, des voies respiratoires.

Traitement de l'apnée du sommeil chez les femmes

Le traitement de l'apnée du sommeil est généralement le même pour les deux sexes. Si l'on diagnostique chez vous une apnée obstructive du sommeil, votre médecin peut vous recommander de modifier votre mode de vie pour vous aider à gérer vos symptômes. Il peut s'agir de perdre du poids, d'arrêter de fumer ou de réduire la consommation d'alcool. Ces ajustements peuvent être bénéfiques pendant l'établissement de votre plan de traitement complet.

Pour les cas légers à modérés de SAOS, un traitement courant consiste à utiliser une Orthèse d'Avancée Mandibulaire (OAM). Ce petit appareil buccal est porté pendant le sommeil et fonctionne en maintenant la mâchoire inférieure vers l'avant, ce qui augmente l'espace dans la gorge derrière la langue. Cette action permet d'éviter les vibrations des tissus (qui provoquent le ronflement) et de maintenir les voies respiratoires ouvertes, ce qui facilite la respiration. Dans les cas graves, si la thérapie par pression positive des voies aériennes (PPC) n'est pas adaptée, un OAM peut être envisagé comme option secondaire.

Cependant, le traitement le plus courant du SAOS est l'utilisation d'appareils de PPC. PPC est l'abréviation de pression positive continue des voies aériennes. Ces appareils fonctionnent en délivrant un flux constant d'air sous pression dans un masque que vous portez pendant votre sommeil. Cet air sous pression aide à maintenir les voies respiratoires ouvertes, évitant ainsi les apnées pendant le sommeil.

Dans certains cas, diverses options chirurgicales sont disponibles pour réduire les épisodes d'apnée. Les procédures peuvent être envisagées en fonction des particularités anatomiques et de la gravité du SAOS du patient.

Quand consulter un médecin ?

Le ronflement et la somnolence diurne sont souvent considérés comme les principaux indicateurs de l'apnée obstructive du sommeil. Cependant, les femmes peuvent présenter des symptômes différents, tels que des difficultés à dormir, des maux de tête matinaux et des sentiments de dépression, ce qui peut parfois conduire à un diagnostic erroné.

Si vous présentez des symptômes d'apnée obstructive du sommeil ou si vous pensez être à risque, il est important de consulter votre médecin. Celui-ci pourra évaluer vos antécédents médicaux et de sommeil et discuter d'une stratégie de diagnostic et de prise en charge efficace de vos symptômes.
Vous pouvez également prendre rendez-vous pour une téléconsultation avec l'un de nos médecins spécialistes du sommeil. Commencez par faire un test gratuit de 3 minutes pour connaître votre risque d'apnée du sommeil.

Principaux enseignements :

  • Les femmes présentent souvent des symptômes d'apnée obstructive du sommeil différents de ceux des hommes, tels que l'insomnie, les maux de tête matinaux et les changements d'humeur, ce qui peut conduire à un sous-diagnostic.

  • Les changements hormonaux et les caractéristiques physiques influencent considérablement la prévalence et les symptômes de SAOS chez les femmes. Des facteurs tels que la ménopause, la grossesse et des maladies comme le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) augmentent le risque, ce qui souligne la nécessité d'une recherche et de stratégies de traitement spécifiques au sexe.

  • Les options thérapeutiques sont les mêmes pour les femmes et les hommes : elles comprennent des changements de mode de vie et des traitements supplémentaires tels que les appareils de PPC et les dispositifs d'avancement mandibulaire, qui sont utilisés en fonction de la gravité et des besoins spécifiques de l'individu.

Vos questions pratiques

Comment savoir si une femme souffre d'apnée du sommeil ?

Le diagnostic de l'apnée du sommeil chez les femmes repose généralement sur l'observation de symptômes tels que le ronflement, la somnolence diurne, les maux de tête matinaux et les changements d'humeur. Une étude du sommeil, ou polysomnographie, est souvent nécessaire pour confirmer la maladie en surveillant les habitudes de sommeil, la respiration et les niveaux d'oxygène pendant le sommeil. Le diagnostic peut également être posé lors de l'examen polygraphique ventilatoire, version simplifiée de la polysomnographie.

Quelles sont les conséquences de l'apnée du sommeil chez les femmes ?

L'apnée du sommeil chez les femmes peut entraîner toute une série de problèmes de santé, notamment un risque accru de maladie cardiaque, d'accident vasculaire cérébral et de diabète. Elle peut également entraîner une fatigue diurne, des troubles de l'humeur et une altération des fonctions cognitives, affectant ainsi la qualité de vie dans son ensemble.

Les symptômes de l'apnée du sommeil sont-ils différents chez les femmes et chez les hommes ?

Oui, les symptômes de l'apnée du sommeil peuvent différer entre les femmes et les hommes. Les femmes sont plus susceptibles de signaler des insomnies, de la fatigue, des dépressions et de l'anxiété plutôt que des symptômes plus reconnus comme des ronflements forts et des apnées observées, qui sont plus fréquents chez les hommes.
Sources
Vous voulez améliorer la qualité de votre sommeil ?
Recevez gratuitement
" Le guide ultime pour mieux dormir " de nos experts du sommeil, directement dans votre boîte de réception !
Dr Thierry CASTERA, rédacteur médical
Recevez gratuitement " Le guide ultime pour mieux dormir " de nos experts du sommeil, directement dans votre boîte de réception !