Apnée du sommeil et troubles du stress post-traumatique (TSPT)

21.06.2024

Auteur du texte
L'équipe SleepDoctor
Article vérifié
Notre équipe éditoriale, ainsi que nos experts médicaux étudient chaque article avec soin, pour s’assurer de la précision des informations et de la fiabilité des sources
Contenu à jour
Nous vérifions que le contenu de nos articles est en phase avec la littérature scientifique ainsi qu’avec les dernières recommandations des experts
A titre d'information uniquement.
Consultez votre médecin ou prenez RDV gratuitement avec notre équipe médicale.
Principaux enseignements :
  • Le TSPT et l'apnée du sommeil vont souvent de pair, le SSPT augmentant le risque de développer une apnée du sommeil en raison de la perturbation des habitudes de sommeil et du stress chronique.
  • Pour gérer efficacement ces deux pathologies, il faut les traiter simultanément. Des traitements tels que la thérapie PPC pour l'apnée du sommeil et la thérapie cognitivo-comportementale pour le TSPT peuvent améliorer les symptômes de manière significative.
  • La reconnaissance précoce des symptômes et la consultation d'un médecin peuvent conduire à un diagnostic et à un traitement opportuns, évitant ainsi des complications pour les personnes souffrant à la fois de TSPT et d'apnée du sommeil.
L'apnée du sommeil et le syndrome de stress post-traumatique sont souvent associés, perturbant le sommeil et ayant un impact sur la vie quotidienne. Découvrez leur lien, les traitements et quand consulter un médecin.

Le lien entre le TSPT et l'apnée du sommeil

Le syndrome de stress post-traumatique affecte les personnes ayant subi un traumatisme grave [1]. Ce trouble peut entraîner des cauchemars et des difficultés à dormir, ce qui peut aggraver l'apnée du sommeil. L'apnée du sommeil est un trouble caractérisé par des arrêts et des redémarrages de la respiration pendant le sommeil. Le lien entre ces deux pathologies est complexe. Les recherches montrent que les personnes souffrant de TSPT sont plus susceptibles de développer une apnée du sommeil que celles qui n'en souffrent pas. L'une des raisons est que le TSPT peut provoquer une hyperexcitation, un état d'alerte excessive qui perturbe le rythme normal du sommeil.

Les deux pathologies présentent des facteurs de risque communs, tels que l'obésité et le stress chronique, ce qui peut expliquer pourquoi elles coexistent souvent.

Un SAOS et un TSPT non traité peuvent entraîner un risque plus élevé d'autres pathologies :

Dépistage gratuit en ligne
Prenez 3 minutes pour évaluer votre risque d'apnée du sommeil
Dr Thierry CASTERA, médecin du sommeil

Le stress post-traumatique provoque-t-il l'apnée du sommeil ?

La question de savoir si le syndrome de stress post-traumatique est directement à l'origine de l'apnée du sommeil fait l'objet d'un débat permanent. Certaines études suggèrent un lien, montrant que le stress et l'anxiété liés au TSPT peuvent conduire au développement de l'apnée du sommeil [2]. La réponse de l'organisme au stress chronique peut entraîner une inflammation et une prise de poids, deux facteurs de risque de l'apnée du sommeil. Cependant, toutes les personnes souffrant de TSPT ne développent pas d'apnée du sommeil, et tous les patients souffrant d'apnée du sommeil n'ont pas de TSPT. La relation est probablement influencée par une combinaison de facteurs génétiques, environnementaux et psychologiques. Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour comprendre pleinement ce lien.

Extinction de la peur et sommeil paradoxal

L'extinction de la peur est le processus de réduction des réactions de peur au fil du temps. Chez les personnes souffrant du syndrome de stress post-traumatique, ce processus est souvent entravé, ce qui entraîne une peur et une anxiété persistantes. Le sommeil paradoxal (mouvements oculaires rapides), une phase critique du cycle du sommeil, joue un rôle important dans l'extinction de la peur. Pendant le sommeil paradoxal, le cerveau traite les émotions et les souvenirs, ce qui contribue à réduire l'impact des souvenirs traumatiques.

Cependant, le TSPT peut perturber le sommeil paradoxal, ce qui rend plus difficile la guérison du traumatisme par le cerveau [3]. Cette perturbation peut également contribuer à l'apnée du sommeil, car les schémas de sommeil irréguliers et le sommeil fragmenté sont courants dans les deux cas.

Les experts suggèrent que les problèmes respiratoires pendant le sommeil paradoxal font que le cerveau à plus de mal à gérer les souvenirs émotionnels, comme les événements effrayants, ce qui peut aggraver les symptômes du syndrome de stress post-traumatique.

Traiter l'apnée du sommeil et le TSPT

Le traitement de l'apnée du sommeil et du trouble de stress post-traumatique est essentiel pour améliorer l'état de santé général et la qualité de vie. Pour être efficace, le traitement doit être complet et porter simultanément sur les deux pathologies.

Options de traitement de l'apnée du sommeil

Le traitement le plus courant de l'apnée du sommeil est la thérapie par pression positive continue (PPC). La PPC implique le port d'un masque qui délivre une pression d'air pour maintenir les voies respiratoires ouvertes pendant le sommeil. D'autres options incluent des appareils buccaux qui ajustent la position de la mâchoire et la chirurgie pour éliminer les obstructions des voies respiratoires. Les changements de mode de vie, tels que la perte de poids, l'arrêt du tabac et l'absence d'alcool, peuvent également aider à gérer les symptômes de l'apnée du sommeil.

Options de traitement de le TSPT

Les options thérapeutiques pour le TSPT comprennent une combinaison de thérapie par la parole axée sur le traumatisme et de médicaments [4].

  • La thérapie cognitivo-comportementale (TCC) aide les patients à recadrer les pensées négatives et à réduire l'anxiété.
  • La thérapie de désensibilisation et de retraitement des mouvements oculaires (EMDR) peut aider à traiter les souvenirs traumatiques.
  • La thérapie basée sur l'exposition consiste à analyser des souvenirs et des situations difficiles dans un environnement sûr afin d'atténuer les symptômes du syndrome de stress post-traumatique.

Les médicaments, appelés inhibiteurs sélectifs de là recapturent de la sérotonine (ISRS), peuvent également être bénéfiques. Il est important de travailler avec un médecin pour élaborer un plan de traitement personnalisé.

Modifications du mode de vie pour l'apnée du sommeil et le TSPT

Certains changements dans le mode de vie peuvent améliorer de manière significative les symptômes de l'apnée du sommeil et du syndrome de stress post-traumatique. L'exercice physique régulier peut contribuer à réduire le stress et à améliorer la qualité du sommeil. Il est également essentiel de pratiquer une bonne hygiène du sommeil, notamment en maintenant des horaires de sommeil cohérents et en créant un environnement propice à un sommeil réparateur. La réduction de la consommation de caféine et d'alcool, en particulier avant le coucher, peut contribuer à améliorer le sommeil. Les pratiques de pleine conscience, telles que la méditation et les exercices de respiration profonde, peuvent réduire l'anxiété et favoriser la relaxation, ce qui est bénéfique pour les deux conditions.

Quand il est temps de consulter votre médecin au sujet de l'apnée du sommeil ?

Si vous souffrez d'un syndrome de stress post-traumatique et pensez souffrir d'apnée du sommeil, consultez un médecin si vous présentez l'un des symptômes suivants :

  • Votre partenaire de sommeil dit que vous ronflez bruyamment ou que vous arrêtez de respirer pendant le sommeil.
  • Vous vous réveillez en haletant ou en vous étouffant durant la nuit.
  • Vous vous sentez fatigué même après une nuit complète de sommeil.
  • Vous avez du mal à rester éveillé au travail ou au volant.

Si vous remarquez l'un de ces signes, parlez à votre médecin de votre sommeil. Avec un traitement régulier, tel que la thérapie PPC et le conseil, les symptômes du TSPT et de l'apnée du sommeil peuvent s'améliorer de manière significative.
Dépistage gratuit en ligne
Prenez 3 minutes pour évaluer votre risque d'apnée du sommeil
Dr Thierry CASTERA, médecin du sommeil
Sources